Maintien du Marché de la création Bastille le samedi sur le boulevard Richard Lenoir

Le 18 octobre dernier Anne Hidalgo a déclaré : « l’art a toute sa place dans les rues de Paris et personne ne pourra l’en chasser ». Le 31 décembre prochain Anne Hidalgo aura fermé le marché de la création Bastille, l’un des deux seuls lieux de rassemblement en plein air d’artisans et artistes de Paris. Un minimum de cohérence entre les mots et les actes est souhaitable pour la politique culturelle de la capitale, d’autant que le 24 mai dernier la mairie de Paris et la mairie du XIe se sont associées à grand renfort d’affichage municipal pour fêter les 10 ans de ce marché alors qu’elles allaient le condamner dans la foulée.

L’argument avancé par la mairie de Paris est le défaut de rentabilité de ce marché.

La mairie affecte en parallèle des subventions à des lieux de spectacles déficitaires de plusieurs centaines de milliers d’euros, ces déficits étant reconduits d’année en année tout comme les subventions publiques qui les comblent, alors même que les comptabilités de ces lieux présentent tous les signes d’une gestion structurellement approximative.

Etant donnés les coûts prohibitifs d’exposition dans les manifestations artistiques ou dans les salons privés, le développement de l’art et de l’artisanat a besoin d’endroits tels que ce marché, où artistes et amateurs peuvent se rencontrer en toute simplicité.

Le marché de la création Bastille est l’un des rares lieux de l’est parisien à attirer des touristes, et cette population internationale à la recherche d’un artisanat « made in France » est une source précieuse de dynamisme pour nos quartiers.

Enfin il est essentiel que la municipalité fasse enfin preuve d’une ambition forte pour que l’artisanat d’art reste une « marque de territoire » du XIe ; il est indispensable que les élus soutiennent la promotion de ce savoir-faire à l’échelle nationale et internationale afin que soit enrayé le déclin des métiers de la main dans le Faubourg Saint Antoine ; et partant de ce principe la fermeture du seul marché d’artisanat ouvert au cœur du XIe est un signe d’abandon de cette ambition, extrêmement négatif.

Sur proposition de Jacques Lefort, les élus du groupe d’Union de la droite et du centre ont demandé :

  • que le Maire du XIe demande à la Maire de Paris de revenir sur sa décision de suppression du marché de l’art et de la création de Bastille ;
  • que ce marché soit maintenu sous sa forme actuelle dans un premier temps ;
  • qu’une concertation soit lancée, incluant les conseils de quartier et les arrondissements adjacents, pour trouver des idées pour dynamiser le soutien à ce marché, pour inventer de nouvelles façons de présenter, promouvoir et vendre les créations, pour s’ouvrir à de nouveaux acteurs ;
  • que le niveau d’exigence artistique soit maintenu, qui consiste d’une part à ne vendre que des originaux signés, et d’autre part à ce qu’une commission représentative (composée d’artistes, de personnalités et d’élus) choisisse les exposants sur des critères de professionnalisme et d’originalité des œuvres. Ceci est essentiel afin que le niveau du marché maintienne et fasse croître dans le temps sa notoriété, tant auprès du public parisien que des guides touristiques.