Conséquences économiques des dégradations liées aux manifestations contre la loi Travail

La période de perturbations et de drames qui impactent l’activité économique des commerçants du 11ème arrondissement depuis les attentats de janvier 2015 a été exceptionnellement longue.

Les manifestations contre la loi El Khomri, ou loi Travail, mais aussi le rassemblement Nuit Debout, ont entraîné à leur marge des actions particulièrement violentes de la part de casseurs, qui se sont systématiquement attaqués au mobilier urbain, panneaux publicitaires, vitrines de magasins ou véhicules en stationnement dans différentes places et artères du 11ème arrondissement.

De telles dégradations ont également eu lieu en marge des cortèges dans d’autres villes de France, telles que Nantes ou Rennes.

Le Premier Ministre, M. Manuel Valls, a déclaré le 17 mai dernier au cours d’une visite à Rennes, en réponse à une question de la maire de la ville, que le soutien aux commerçants touchés se ferait « à travers les indemnisations ».

Tous les commerçants ne souscrivent pas nécessairement une option « vol et vandalisme » ou « perte d’exploitation » pour l’assurance de leurs locaux professionnels.

 

Sur proposition de Mme Nicole SPINNEWEBER et M. Christian SAINT-ETIENNE, les élus du groupe d’Union de la droite et du centre ont posét au Maire du 11ème arrondissement la question suivante :

  • Quelles vont être les mesures prises par les pouvoirs publics en compensation ou en indemnisation des dégradations occasionnées aux commerces en marge des manifestations contre la loi Travail ?