Pour un meilleur entretien des immeubles de logements sociaux, notamment au 137 rue Oberkampf

Nous sommes à l’écoute des riverains du 137 rue Oberkampf dont le parking souffre depuis 2010 d’un abandon évident, devenu lieu de trafics et de squat. Face à cette situation intolérable pour les habitants comme pour la tranquillité du voisinage, nous avons demandé, lors du conseil d’arrondissement du 25 juin, que les réparations nécessaires soient effectuées rapidement et que des mesures soient prises pour rétablir la sécurité.

Plus largement, il est nécessaire d’améliorer la relation entre les bailleurs sociaux et leurs locataires. Nous demandons donc plus de transparence de la part des bailleurs quant aux plans pluriannuels d’entretien des immeubles, la réalisation rapide des travaux lorsque ceux-ci sont nécessaires, ainsi que la présence d’un gardien logé sur place.

 

Conseil du 11ème arrondissement de Paris

Séance du mardi 25 juin 2019

Vœu relatif à un meilleur entretien des immeubles de logements sociaux, notamment au 137 rue Oberkampf

 

Le Conseil du 11ème arrondissement,

Considérant l’urgente nécessité d’améliorer l’entretien de nombreux immeubles du parc social afin que les locataires se sentent bien chez eux, certains d’entre eux étant déjà confrontés à des difficultés d’ordre économique, social, familial ou autre ;

Considérant que cette obligation pour les bailleurs de permettre à leurs locataires une jouissance paisible de leur logement est une obligation légale, décrite à l’article 1719 du Code civil ;

Considérant que la stratégie patrimoniale des bailleurs peut les conduire à limiter certains investissements, d’une part du fait de la pression économique qu’ils subissent de l’Etat (900 M€ par an liée à la baisse des aides personnalisées au logement depuis octobre 2017) et de la ville de Paris (155 M€ de « loyers capitalisés » en 2019, procédé qui force les bailleurs au paiement en une fois de l’ensemble des loyers dûs à la ville, loyers qui étaient autrefois échelonnés dans le temps), d’autre part parce que la tentation peut être parfois forte de laisser dépérir un bien afin de percevoir davantage d’aides en cas de rénovation lourde ;

Considérant que cette gestion a conduit l’ensemble des conseils citoyens des quartiers « politique de la ville » de Paris à pointer, lors du comité de pilotage qui les a réunis le 3 juin autour de la Préfecture et de la Ville, le manque de transparence des bailleurs sociaux dans leur politique patrimoniale et dans leur relation aux locataires, qui donne le sentiment de privilégier la communication extérieure à une véritable écoute ;

Considérant la volonté de la ville d’implanter des logements sociaux au cœur des copropriétés privées par voie de préemption d’appartements, et qu’il devient de ce fait essentiel que les intérêts patrimoniaux des bailleurs, leur réactivité et transparence, soit alignée avec ceux des propriétaires privés qui se sont souvent lourdement endettés pour acheter leur appartement ;

Considérant que les élus Les Républicains du 11ème arrondissement sont de plus en plus saisis par les habitants de problèmes liés à l’entretien des parties communes de leurs logements sociaux, et de réactivité en cas de nuisances de voisinage ;

Considérant que ce problème est particulièrement criant dans l’immeuble du 137 rue Oberkampf, qui accueille 210 familles, dont les zones en surface sont fleuries et propres, mais dont le parking souffre depuis 2010 d’un abandon évident :

  • porte d’entrée basculante forcée très facilement, alors qu’il suffirait d’en rendre le déverrouillage impossible grâce à des technologies parfaitement solides comme celle utilisée au parking mitoyen du 110 rue Jean-Pierre Timbaud, qui n’est jamais inquiété,
  • squats quasi quotidiens de dealers cachant leur marchandise sur place, et d’individus alcoolisés, ayant provoqué des altercations avec les résidents,
  • rodéos nocturnes de deux roues dans ces sous-sols,
  • épaves de voitures abandonnées, transformées en dortoir pour SDF,
  • odeurs nauséabondes liées à l’absence de commodités,
  • présence de voitures à l’assurance périmée, vraisemblablement volées et stockées là,
  • forces de l’ordre (police, GPIS) qui passent, mais squatteurs qui restent.

Considérant que ces nuisances sont particulièrement préjudiciables :

  • pour les habitants de l’immeuble, notamment les familles et les personnes âgées, qui se sentent trop souvent en danger dans ce parking,
  • pour les squatteurs eux-mêmes, pour des raisons d’hygiène, de qualité de l’air respiré (lors des rodéos), de risque d’incendie dans des voitures où s’entassent des matelas (comme ce fut déjà le cas il y a un mois),
  • pour l’équilibre économique du bailleur social, celui-ci semblant avoir de grandes difficultés à louer durablement les nombreuses places de parking vides à des sociétés.

Considérant qu’une pétition a rassemblé près de 90 signatures de riverains en octobre 2017, suivie d’une réunion qui devait avoir lieu avec le bailleur fin 2017 mais qui n’a jamais été honorée, qu’une autre pétition circule qui a déjà rassemblé plus de 130 signatures,

Sur proposition de Jacques Lefort, rapporteur, et des élus du groupe d’Union de la droite et du centre, émet le vœu :

Pour améliorer la relation des bailleurs sociaux avec leurs locataires :

  • que les plans pluriannuels d’entretien des immeubles soient présentés de façon plus transparente par les bailleurs sociaux aux locataires et soient réellement réalisés,
  • que les urgences soient traités avec une réactivité réelle, notamment lorsqu’elles mettent en péril la sécurité des usagers,
  • que les « plans de concertation locative », financés essentiellement par les locataires, ne soient plus des usines à gaz dont la complexité semble avoir pour seul but celui de décourager la concertation,
  • que pour les immeubles bénéficiant d’un gardien, les bailleurs soient incités à le loger sur place, afin d’assurer une présence la nuit et le week-end en cas de troubles.

En ce qui concerne le 137 rue Oberkampf :

  • qu’un investissement très rapide soit fait pour réparer la porte d’entrée du parking, et en rendre le mécanisme inviolable,
  • que les épaves de véhicules, et ceux sans assurances valide, soient retirés au plus vite, et ces emplacements nettoyés de fond en comble,
  • que l’accompagnement par les services sociaux des personnes squattant les lieux soit renforcé,
  • que les forces de l’ordre ne se contentent plus de passer tardivement et de sermonner, mais infligent de véritables sanctions en cas de présence réitérée, et interdisent les meneurs de paraitre sur ces lieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s