Halte à la pollution lumineuse du 11ème arrondissement: le Conseil de Paris nous a entendu!

 

Les enseignes lumineuses sont un élément d’attractivité des commerces mais leur multiplication et leur agressivité ne doit pas nuire à la qualité de vie des riverains, ni dégrader le bilan énergétique de la ville alors que l’urgence climatique exige de limiter le gaspillage de l’énergie sous toutes ses formes

Notre voeu a été refusé dans le XIème arrondissement, mais le Conseil de Paris a voté des mesures allant dans notre direction! 

 

 

 

 

Conseil du 11ème arrondissement de Paris

Séance du 4 novembre 2019

 Vœu visant à

limiter la pollution publicitaire lumineuse dans le 11ème arrondissement

Le Conseil du 11ème arrondissement,

 

Considérant qu’il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’encourager les économies d’énergie dans le cadre défini par la Programmation Pluriannuelle de l’Energie et la Stratégie Nationale Bas Carbone, afin de limiter le gaspillage sous toutes ses formes ;

Considérant le bilan carbone et énergétique des nouveaux supports d’affichage publicitaire (y compris numérique), sur l’ensemble de leur cycle de vie (fabrication, fonctionnement, mais aussi recyclage lorsque c’est possible) ;

Considérant la pollution lumineuse engendrée par le fonctionnement de certains écrans numériques d’affichage publicitaire, notamment lorsqu’ils sont situés dans des lieux étroits, ou lorsqu’ils fonctionnent alors que la nuit tombe ;

Considérant qu’il existe une incohérence manifeste entre les objectifs environnementaux définis et promus par la ville de Paris dans son plan climat et la publicité dans l’espace public de certains services hautement carbonés : voyages en avion par exemple ;

Considérant que le Règlement Local de Publicité (R.L.P.) ne sera pas révisé avant plusieurs mois dans l’attente de la réponse du ministère de la transition écologique et solidaire qui doit déterminer, en application du droit européen, si ce R.L.P relève du champ de l’évaluation environnemental systématique ou d’un examen au cas par cas, ou encore s’il en est exempté ;

Considérant que les écrans lumineux sont en train de se développer à grande vitesse dans nos quartiers, et qu’il est donc nécessaire d’agir sans attendre ;

Considérant que les enseignes lumineuses peuvent elles aussi attenter à la qualité de vie, notamment les enseignes clignotantes, tout particulièrement les soirs d’hiver alors qu’il fait nuit beaucoup plus tôt que l’heure légale d’extinction (21h) ;

Considérant que la protection de notre activité économique n’implique pas la nécessité de publicités aussi agressives : Paris n’est pas Hong Kong ;

Sur proposition de Jacques Lefort, rapporteur,

et des élus du groupe d’Union de la droite et du centre,

 

émet le vœu :

 

  • Que la Ville de Paris limite drastiquement les pollutions lumineuses qui prospèrent dans nos rues, tant les écrans que les enseignes, et cela par des voies juridiques qui permettent d’anticiper la révision du Règlement Local de Publicité ;
  • Que, parmi les objectifs de révision du prochain Règlement Local de Publicité, soient stipulées :
    • que l’exigence de limitation de l’empreinte carbone et énergétique de la publicité dans l’espace public, tant en terme de support que de contenu, sera incluse au même titre que les exigences relatives à la préservation du paysage urbain ou du dynamisme économique ;
    • que la publicité de services à haute teneur en carbone sera restreinte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s